top of page

Granja-Amareleja

Lorsque, le 8 février 2002, l'ordre est donné de fermer les vannes du Barrage d'Alqueva commença un cycle de transformations profondes dans l'Alentejo, aussi dans la Rive Gauche du Guadiana et, en particulier, le triangle formé par les paroisses d'Amareleja, Granja et Póvoa de São Miguel. Au fur et à mesure que le réservoir du barrage se remplissait, le paysage commençait à changer radicalement et lorsqu'il atteignit le niveau maximum, en 2010, il y avait environ 1100 km de rivage sur le plus grand lac artificiel d'Europe. Le paysage aride, d'une chaleur estivale suffocante, sans âme dans la chaleur, a fait place à un immense miroir d'eau, avec des bateaux sillonnant les eaux et des pêcheurs, sur les berges, tentant leur chance.

Cependant, outre la forte présence d'eau, le paysage de la Rive gauche du Guadiana a peu changé, car la construction du réseau d'irrigation qui permettrait l'utilisation de l'eau si proche ne faisait pas partie des priorités définies.

IMG_4871.jpg

L'individualité toujours reconnue de la Rive Gauche du Guadiana doit son intériorité au corset causé par le fleuve et une frontière artificielle, sans obstacles physiques pour la justifier, mais avec des barrières historiques indélébiles, qui ont toujours contribué à l'isolement des deux côtés de la ligne de démarcation.  Cet isolement, l'exode démographique et le vieillissement de la population résidente continuent de contribuer à un paysage suranné dominé par de petites exploitations avec des oliveraies, des forêts de chênes verts, des champs de maïs rares, des vignes pluviales plantées dans un square de style médiéval, des arbres fruitiers rares, petits potagers autour des terres agricoles et quelques élevages.

Cette identité forte, résistante à la pression de la mondialisation, se reflète également dans les habitudes de vie, dans la préservation des mémoires anciennes et dans la sagesse populaire en parfaite harmonie avec la nature et un
système agricole durable
 

Il faut parcourir les chemins de terre battue, à l'écart des grands axes, pour trouver les vignes rabougries, de faible hauteur, aux nombreuses failles et aux vénérables vignes tordues, aux cépages nombreux et variés. Toujours là continuer le Moreto de "pé-franco" [non greffés], Alfrocheiro, Rabo de Ovelha, Roupeiro, Pendura, Perrum, Manteúdo, entre autres varietés, pour nous rappeler que l'ancienne mise en scène était différente. Ces vieilles vignes, contrairement à ce qui était courant dans un passé récent, ne sont plus seulement compris comme un sous-développement, qu'il faut éliminer au plus vite, mais comme un patrimoine viticole, historique et anthropologique, qui s'oppose au rouleau compresseur de la mondialisation et doit être reconnu et sauvegardé de toute urgence.

Outre les techniques ancestrales avec lesquelles ils sont cultivés, ces vignobles sont des champs d'une biodiversité ampélographique inestimable, où l'on peut encore reconnaître les cépages anciens et certains inconnus. Une partie de ces vignobles devrait être reconnue comme patrimoine d'intérêt public et intégrée dans les circuits œnotouristiques historiques de l'Alentejo.

IMG_3987.jpg

Sous-région
Granja - Amareleja

AOP

La zone géographique de la sous-région Granja-Amareleja, ayant droit à l'appellation d'origine protégée Alentejo (AOP Alentejo), est située sur la rive gauche du Guadiana et englobe toutes les paroisses d'Amareleja et Póvoa de São Miguel et une partie des paroisses de Santo Amador et São João Baptista, dans la municipalité de Moura, et toutes les paroisses de Granja, Luz et Mourão, dans la municipalité de Mourão.

IMG_3940.jpg

Lorsque vous parcourez les sentiers agricoles qui desservent les innombrables parcelles de petits agriculteurs de la sous-région, en particulier celles des paroisses de Granja, Amareleja et Póvoa de São Miguel, vous découvrez un monde antique au bord de l'extinction, mais plein de l'histoire et honorant les traditions agricoles méditerranéennes les plus vivantes. Le vignoble et l'oliveraie se distinguent des autres cultures, mais on y trouve aussi des arbres fruitiers, des légumes et des chênes verts, qui abritent souvent quelques têtes de bétail à l'ombre, dans la chaleur du jour.

IMG_4050.jpg

Le sol

En visitant les anciens vignobles de Courelas dos Aleixos en plein été, on est surpris par la vigueur des souches et la charge des grappes ils ont, comme s'ils étaient indifférents à la sécheresse et aux différentes canicules qui ont frappé la région entre juin et août. En effet, Amareleja est réputée pour être la région la plus chaude du pays, au point que les vendanges ne se font que le matin, dans les vieilles vignes, ou la nuit, avec des machines, dans les vignes modernes, car personne ne supporte la torréfaction de l'après-midi. 

 

comment expliquer, alors, que les vignes et même les oliviers et les figuiers sont si luxuriants, étant des cultures pluviales?

Quand si vous demandez quel est le secret du sol (ou du sous-sol), tout le monde parle du "selão" - une déformation du terme technique "solão" - qui désigne la formeactions sédimentaires de nature argileuse et sableuse. On ne voit même pas l'argile, mais le terrain sablonneux et graveleux est une constante, indiquant la faible fertilité du sol et rendant difficile de comprendre comment il est possible d'en extraire des productions pluviales aussi rentables. Tout porte à croire que le secret est le "solão", une couche de matière jaunâtre qui existe sous terre à plus ou moins grande profondeur. Le pourcentage élevé d'argile qui garantit une grande capacité de rétention d'eau et une fertilité que la surface sableuse du sol ne permet pas de prévoir. Le phylloxéra, quant à lui, n'a pas non plus la vie facile, car la couche superficielle sablonneuse empêche l'insecte maléfique d'atteindre les racines des souches, qui plongent rapidement dans le sol à la recherche de l'humidité retenue dans l'argile du sol. Bien qu'il n'y ait pas d'études scientifiques sur le sol de Courelas dos Aleixos, il est très probable que cette formation argileuse de nature sédimentaire soit responsable de la résistance exceptionnelle des cultures à la torréfaction estivale, de la production généreuse de la plupart des cultures et de la qualité distinctive du vins de Moreto, bien plus célèbres que les vins de ce cépage ailleurs en Alentejo.

bottom of page